Selon les Nations Unies, les inondations en cours dans le nord-est du Bangladesh ont touché plus de 4 millions de personnes, dont 1,6 million d’enfants.

Inondations dans le nord-est du Bangladesh, mai 2022. Photo : © UNICEF

Les inondations ont commencé après une période prolongée de fortes pluies au Bangladesh et dans les bassins versants de l’Inde voisine à partir du 9 mai environ. Le 16 mai, des rivières, dont la Surma et la Kushiyara dans la division de Sylhet, dans le nord-est du Bangladesh, ont franchi la ligne de danger.

La rivière Kushiyara à Amalshid a atteint 17,15 mètres le 19 mai, bien au-dessus de la marque de danger de 15,40 mètres. La rivière Surma à Sylhet a atteint 11,25 mètres le même jour, au-dessus de la cote de danger de 10,80 mètres. Les districts de Sylhet, Sunamganj, Maulvibazar, Netrokona et Habiganj dans la division de Sylhet ont tous été touchés par les inondations.

Au moins 16 personnes sont mortes à la suite des intempéries dans la division de Sylhet, dont 11 qui ont été frappées par la foudre alors qu’elles travaillaient dans les champs. Une personne est morte dans un glissement de terrain provoqué par les fortes pluies, une autre s’est noyée dans les eaux de crue et 3 sont mortes dans un bateau chaviré. Pas moins de 96 personnes souffrent de maladies d’origine hydrique. « Des cas de diarrhée, d’infections respiratoires et de maladies de la peau ont déjà été signalés », a déclaré l’ONU.

Des terres agricoles et des infrastructures essentielles, notamment des centrales électriques et des écoles, ont été inondées. Selon un rapport du Fonds international des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), pas moins de 150 000 familles des districts de Sylhet et de Sunamganj ont été privées d’électricité en raison des dommages causés par les inondations aux centrales électriques et aux infrastructures. L’approvisionnement en eau potable a également été affecté négativement avec plus de 1 000 puits tubulaires endommagés. Les agences humanitaires ont distribué de l’eau potable et d’autres fournitures à 301 500 personnes.

Les inondations ont également endommagé des maisons et 7 439 personnes se sont déplacées vers 95 abris sûrs. Les dommages aux bâtiments scolaires et aux routes d’accès ont également perturbé l’éducation. Après des mois de fermetures d’écoles en cas de pandémie, les enfants sont à nouveau privés d’apprentissage. Plus de 750 établissements d’enseignement ont été fermés en raison de graves inondations dans les districts de Sylhet et de Sunamganj.

« Les dommages causés aux vies, aux maisons et aux écoles sont déchirants. Dans cette catastrophe, comme dans la plupart des autres, les enfants sont les plus vulnérables », a déclaré M. Sheldon Yett, Représentant de l’UNICEF au Bangladesh. « L’UNICEF est sur le terrain pour protéger les enfants et répondre à leurs besoins urgents, en soutenant le gouvernement et en travaillant en étroite collaboration avec nos partenaires locaux.

Inondations dans le nord-est du Bangladesh, mai 2022. Photo : © UNICEF
Inondations dans le nord-est du Bangladesh, mai 2022. Photo : © UNICEF

Voir l’actualité complète

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *