Dans un monde de changement climatique, le risque d’inondation sera plus intense et plus fréquent, présentant un danger plus élevé pour toujours plus de personnes dans un plus grand nombre de pays.

Inondations et coulées de boue Tadjikistan juillet 2021. Photo : CoES Tadjikistan

Au cours de ce siècle seulement, la population mondiale a augmenté de 18 %. Mais le nombre de personnes exposées aux dommages et à la mort dus à la montée des eaux a augmenté de plus de 34 %.

Ce résultat n’est pas basé sur des simulations mathématiques alimentées par des données météorologiques. Elle repose sur une observation directe et détaillée. Les chercheurs rapportent dans la revue Nature qu’ils ont examiné plus de 12 700 images satellite, à une résolution de 250 mètres, de 913 grandes inondations entre les années 2000 et 2015.

Au cours de ces années et de ces inondations, l’eau s’est déversée des rivières pour inonder un total de 2,23 millions de kilomètres carrés. Ceci, considéré comme un événement, couvrirait une superficie totale plus grande que l’Arabie saoudite. Et pendant ces 15 premières années du siècle, le nombre de personnes directement affectées par les inondations était d’au moins 255 m, et peut-être 290 m.

« Les gouvernements du monde entier ont été trop lents à réduire les émissions de gaz à effet de serre. . . Ceci, à côté des inondations actuelles en Europe, est le signal d’alarme dont nous avons besoin »

Au cours de ces 15 années, le nombre de personnes confrontées à des inondations de plus en plus dévastatrices a augmenté d’au moins 58 m, et peut-être jusqu’à 86 m. C’est une augmentation de près de 24 %.

Ça va empirer. Selon les chercheurs, le changement climatique et la multiplication des effectifs humains vont étendre la portée du risque d’inondation : 32 pays connaissent déjà de plus en plus d’inondations. D’ici 2030, 25 autres pays les auront rejoints.

Les humains pris dans le flux écœurant de boue, d’eaux usées et de limon provenant des rivières en crue se trouveront principalement en Asie du Sud et du Sud-Est – pensez à l’Indus, au Gange-Brahmapoutre et au Mékong – et beaucoup d’entre eux auront migré vers les zones de danger : la pauvreté et la pression démographique ne leur laisseront pas le choix.

Rien de tout cela ne devrait être une surprise. Au cours des 50 dernières années, selon une nouvelle compilation de l’Organisation météorologique mondiale, le temps, le climat et l’eau ont été impliqués dans 50 % de toutes les catastrophes de toute nature ; dans 45% de tous les décès signalés et 74% de toutes les pertes économiques. Les inondations ont fait 58 700 morts au cours des cinq dernières décennies. Entre eux, les inondations et les tempêtes – les deux sont souvent liées – ont coûté à l’Europe au moins 377 milliards de dollars de pertes économiques.

Fréquence d’inondation plus élevée

Et les choses vont certainement empirer pour l’Europe alors que les températures moyennes mondiales continuent d’augmenter en réponse à des émissions de gaz à effet de serre toujours plus élevées dues à une utilisation toujours plus importante de combustibles fossiles. C’est parce que ce qui était autrefois des événements relativement rares va croître en force et en fréquence.

Plus de chaleur signifie plus d’évaporation, et une atmosphère plus chaude a une plus grande capacité à absorber la vapeur d’eau. Il pleuvra donc plus fort. Et l’arrivée, selon des chercheurs de la revue Geophysical Research Letters, de tempêtes intenses et lentes qui précipitent des crues soudaines dévastatrices du type de celles qui ont balayé la Belgique et l’Allemagne cet été deviendra d’ici la fin du siècle 14 fois plus fréquente.

« Les gouvernements du monde entier ont été trop lents à réduire les émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement climatique se poursuit à un rythme soutenu », a déclaré Hayley Fowler, climatologue à l’Université de Newcastle au Royaume-Uni et l’un des chercheurs.

« Cette étude suggère que les changements apportés aux tempêtes extrêmes seront importants et entraîneront une augmentation de la fréquence des inondations dévastatrices à travers l’Europe. Ceci, avec les inondations actuelles en Europe, est le signal d’alarme dont nous avons besoin. » − Réseau d’information sur le climat

Voir l’actualité complète

  • Surpresseur compact auto-amorçant SCALA2 - Modèle : SCALA2 3-45
  • Pompe de jardin MHI1100INOX, 1100 W, 230V, 95l/min + ballon 100 L
  • Pompe de jardin MHI1300INOX, 1300W, 230V + ballon 100 L
  • Pompe de jardin, IBO JSW 150, 1500W, 80l/m, 4,8 m3/h, 230V + ballon 50 L
  • Pompe de jardin MULTI 1100 INOX, 1100 W, 5400 l/h, 230V + ballon 50 L
  • Pompe de jardin MHI1100INOX, 1100 W, 230V, 95l/min + ballon INOX 24 L
  • Pompe de jardin MHI1300INOX, 1300W 100L/min , 230V + 24 L INOX
  • surpresseur auto-amorçant domestique avec convertisseur - scala2 3-45 a - grundfos
  • Pompe avec surpresseur Villager VGP 800 3 bars 3200l/h acier inoxydable
  • Pompe de jardin MULTI 1100 INOX, 1100 W, 5400 l/h, 230V + ballon 100 L
  • E.SYBOX MINI - E.SYBOX MINI
  • Surpresseur 20L Grundfos JP342PT - Pompe a eau 0,72 kW de 0,5 à 2,5 m3/h monophasé 220V
  • Pompe de jardin MHI1300INOX, 1300W 100L/min , 230V + 80L INOX
  • Pompe d'arrosage POMPE DE JARDIN pour puits 1100 W, 230V, 95l/min + ballon surpresseur 80 L
  • Surpresseur auto-amorçant JP PT-H - Grundfos
  • Groupe de surpression auto-amorçant JP 5-48 PT-H - 1490 W - Grundfos
  • Pompe avec surpresseur 50L - 230V - 2m3/h - 3 bars
  • Pompe Autoamorçante multicellulaire 5 turbines INOX avec surpresseur 60l - 1350W
  • Surpresseur KSB MultiEcoPro351E 0,8 kW jusqu'à 4 m3/h monophasé 220V
  • Surpresseur 20L Grundfos JP454PT - Pompe a eau 1,13 kW de 1 à 4 m3/h monophasé 220V
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *